Rennes Le Château
Le Guide de l’Énigme

Approche et découverte

Avertissement

L’objectif de ce guide est d’aider en un minimum de pages, le visiteur
néophyte dans sa découverte du village et de sa proche région. Cela à travers le prisme de l’affaire du «curé aux milliards » nimbée de mystères et de rêves, mais avec le souci constant de présenter un maximum de faits ou d’assertions vérifiés ou vérifiables (1).

Ce guide n’est pas un essai de plus sur Renne-le-Château. Il existe sur le sujet beaucoup d’ouvrages et de sites internet (2) dans lesquels toutes les opinions sont exposées et débattues où le lecteur/visiteur puisera à sa guise ce dont il aura besoin. Depuis une soixantaine d’années, cette affaire offre un panorama d’hypothèses, de pistes et de révélations aussi abondantes qu’hétérogènes dans lesquelles se côtoient le pire et le meilleur. Pour cette raison, au temps de l’information numérique et des réseaux sociaux, avons-nous choisi d’éviter toute analyse sémiotique de l’église, de sa décoration ou d’autres objets et de nous abstenir d’analyses, d’avis et de commentaires personnels sur «l’affaire», hormis quelques lignes de conclusion. Nous ne livrons non plus aucune bibliographie. Notre propos est centré sur une certaine chronologie des faits connus et du légendaire recensé, avec l’ambition modeste d’être le moins évasif possible et de fournir une base sérieuse à ceux qui découvrent cette histoire, y compris sur les plus surprenantes hypothèses qui sont avancées. On ne s’étonnera donc pas de voir plus de questions posées que de réponses apportées. Il s’agît de laisser sa liberté au lecteur/ visiteur pour lui éviter de perdre le fil de la belle histoire, mais en lui offrant la possibilité, par la diversité et la densité des données, de se faire ses propres idées et d’entamer ou de poursuivre une recherche plus personnelle. Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions…

1 – D’où le choix de notes d’appui ou de renseignements en bas de page.
2 – Ouvrages et sites dont certains contiennent des renseignements très fiables et précis.

Nombreuses photos et illustrations

…/…

La fin du vieux comté du Razès. Le Razès forma ensuite avec le Carcassès, apanage direct de la maison de Barcelone. Aux XIe et XIIe siècles, Rhedae fut l’objet de luttes incessantes entre les comtes de Carcassonne, ceux de Barcelone (c’étaient parfois les mêmes), les comtes de Foix et le roi d’Aragon. C’est un peu avant l’an de l’an 1000 que l’on peut situer le début
du démembrement du vieux Razès par adjonction de certains de ses anciens territoires au comté de Cerdagne ou à celui de Besalù. Ainsi ces fragments
de l’ancien comté contribueront après 1240, à former la future Catalogne et la frontière espagnole d’alors
…/…

…/…
Un bien grand train de vie pour l’endroit et l’époque. En 1908 tout était terminé et l’abbé pouvait commencer
à profiter de son nouveau et splendide domaine. Il recevait beaucoup : notables locaux, négociants, hommes de lois ou élus politiques. On a fait état de visiteurs très particuliers comme un possible archiduc d’Autriche dénommé
ici «l’étranger» ou encore la cantatrice Emma Calvé à qui une rumeur (souvent passée aujourd’hui, au rang de vérité, sans véritable preuve) prêtait une liaison avec le curé
…/…

…/…
Les prêtres du Razès : On ne peut passer sous silence quelques figures d’ecclésiastiques qui jalonnent les siècles selon les dates où l’on fait commencer «l’affaire». Les plus célèbres, hormis les évêques de Carcassonne ou d’Alet, sont sans doute l’abbé Antoine Bigou, chapelain de Marie de Négri d’Ables qui grava son épitaphe, l’abbé Gélis, curé de Coustaussa, mort sauvagement assassiné chez qui l’on retrouva beaucoup d’argent, l’abbé Henri Boudet curé de Rennes-les-Bains qui écrivit le fameux livre sur la langue celtique, l’abbé Henri Gasc curé de Notre-Dame de Marceille…
…/…